La Banque verte malade de sa gouvernance

René Carron et Georges Pauget , le tandem qui se maintient à la tête de Crédit Agricole SA, malgré une accumulation impressionnante de pertes financières, a-t-il bien réalisé qu’il s’adressait le 19 mai dernier en assemblée générale, à des actionnaires qui avaient perdu les deux tiers de la valeur de leurs titres et non à des sociétaires venus assister à une réunion bon enfant ? On peut s’interroger étant donné la légèreté avec laquelle ont été traitées les questions, laissant de côté le principal problème du groupe : sa gouvernance.
 Car il faut le répéter : à la lumière de la crise, le conseil de Crédit Agricole SA n’a pas fait la preuve de son efficacité : des choix stratégiques qui l’ont éloigné du modèle mutualiste, des actifs surpayés, un contrôle des risques inconséquent en ont fait la banque française la plus touchée (en valeur absolue) par la crise financière. Mais les actionnaires encore gratifiés d’un dividende cette année, n’y peuvent pas grand chose : les dirigeants sont toujours en place, et le profil du conseil d’administration n’a pas changé si ce n’est que deux administrateurs indépendants ( sur 4) ont jeté l’éponge.

Une simple erreur de casting en Grèce

Et pourtant, soucieux de délivrer un message de confiance, Georges Pauget, directeur général a mis les déboires de sa banque sur le compte des agences de notation, des monolines et d’une faille dans les modèles dans un contexte méconnu. Et pour les pertes colossales essuyées en Grèce ? Une simple erreur de casting sur le management, argumente-t-on.
Le Crédit Agricole n’est pas armé pour jouer ses fonds propres sur les marchés avec un conseil composé d’ administrateurs consanguins issu de la banque, mille-feuille de francs maçons et de démocrates chrétiens parsemé de rares indépendants qui n’ont pas réussi à tirer la sonnette d’alarme.
 Les salaires des dirigeants sont certes raisonnables mais les retraites chapeau disproportionnées : Georges Pauget avouera 750 000 euros par an pour sa future retraite contre 920 000€ de rémunération s’il reste en activité. Ici, on se sucre collectivement : réputé pour ses « banquets » le groupe le devient aussi pour ses jetons de présence : « 3500 € pour assister à une séance du conseil et 950 000€ au total » un actionnaire syndicaliste a fait le calcul.

Un comité stratégique non efficient

L’individu pèse peu mais la dilution des responsabilités n’empêche pas les prises de risque inconsidérées. C’est un comité stratégique formé de 5 présidents de Caisses Régionales innefficients sur le terrain de la banque de financement et d’investissement qui a pris la décision de pousser les feux sur les produits structurés et les dérivés exotiques, a relevé Louis Bulidon. Ce qui a conduit à la catastrophe que l’on sait. Cet habitué des assemblées a été l’un des rares petits porteurs individuels a pouvoir prendre la parole.
 Les actionnaires, essentiellement des représentant de salariés et des associations ont tous posé à peu près les mêmes questions: ” qu’est ce que le Crédit Agricole est allé faire dans cette galère ?” Ou bien “y-a-t-il encore des cadavres dans les placards ? “. ” Cela dépendra de la baisse des prix des actifs aux Etats-Unis ” a répondu Georges Pauget qui n’a pu s’empêcher d’ajouter que les montants ne devraient pas être significatifs.
« Le business model du Crédit Agricole ce doit être le bon sens, il faut rester dans ce programme là” a rappelé opportunément une représentante de l’AICAIS ( une énième association de représentant des actionnaires).

Un consensus qui s’effrite

Signe que les temps sont en train de changer, les résolutions ont certes été adoptées, mais le consensus est en train de s’effriter. Environ un tiers des résolutions ont réuni entre 9 % et 12 % de votes d’opposants. Une contestation qui commence à peser puisqu’elle représente environ un quart du flottant (actionnaires autres que les Caisse Régionales toujours majoritaires). A suivre

Publicités

A propos La Galette

Articles et brèves de passage sur la finance et la gouvernance.
Cet article, publié dans Banques, Gouvernance, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s