La muraille de Suisse se lézarde face au fisc

Au pays du chocolat, le secret bancaire n’est plus ce qu’il était. L’empressement avec lequel Liliane Bettencourt, la richissime actionnaire de L’Oréal, a accepté de rapatrier quelques 80 millions d’euros détenus sur deux comptes bancaires helvétiques, n’a d’égal que l’impuissance des banques du pays à continuer à placer des barrières entre le fisc et ses clients étrangers.

A vrai dire, la Finance suisse n’a pas très envie de voir sa réputation mêlée à un nouveau scandale. Et elle n’est pas mécontente que le scandale Woerth-Bettencourt se focalise surtout sur l’actuel ministre du travail, détournant autant que possible l’attention de la gestion helvétique des fortunes familiales.

Car comme on le sait, les banques suisses s’enrichissent de leur discrétion, ce qui va être de plus en plus compliqué dans les mois qui viennent. Selon le journal Le Temps, ce sont pas moins de 700 milliards placés en francs suisses par les européens pour se livrer au sport très couru de l’évasion fiscale, qui vont devoir être blanchis.

Pour sortir de la liste grise des paradis fiscaux de l’OCDE, en 2009, la Suisse a accepté de se conformer aux standards de l’OCDE en matière de transparence et d’échange d’information fiscale, admettant de ne plus faire de différence entre les capitaux issus de la fraude fiscale considérés comme passibles de blanchiment et donc divulgués et ceux simplement évadés fiscalement qui pouvaient bénéficier du célèbre secret bancaire.

Ce pas franchi, la Confédération s’oblige à régulariser discrètement la situation de ces capitaux sortis d’Europe sans passeport fiscal. Et il faut accélérer le pas car le Groupe d’action financière ( Gafi) qui regroupe 34 pays, prévoit bientôt d’adopter une norme qui transforme la gestion de fonds non déclarés en « crime de blanchiment ». Autant dire que dans les grandes banques, les employés qui craignent à l’avenir d’être épinglés pour complicité même en cas de simple évasion fiscale, sont pressés de trouver des solutions pour se débarrasser, fusse dans un pays plus coulant, de ce vieil argent gris.

Publicités

A propos La Galette

Articles et brèves de passage sur la finance et la gouvernance.
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s