Alerte sur le marché des muni-bonds

Les jours se suivent mais ne se ressemblent pas. Début juin, Ben Bernanke fustigeait les effets de la crise de la dette en Europe, mais tablait toujours pour les Etats-Unis sur une croissance de 3,5 % cette année avec une légère accélération l’an prochain. Un mois plus tard, alors qu’en France, nous serons occupés à fêter dignement la fin de la monarchie absolue et la prise de la Bastille, la publication du livre beige de la Fed devrait donner une image un peu moins reluisante de l’économie américaine.

Depuis que les marchés obligataires daignent détourner leur attention de la zone euro au gré des statistiques de commerce extérieur ou de production industrielle rassurantes, ce sont les Etats-Unis qui reviennent sur le devant de la scène. Et pas pour jouer un allegro.

Cela fait trois semaines que les chiffres américains déçoivent. L’emploi est à la traîne, la confiance du consommateur flanche et le crédit aux ménages et aux PME est en panne. Mais ce qui inquiète maintenant les marchés, à l’instar de ce qui s’est passé en Europe, c’est la dette des collectivités et des Etats.

Et si le Congrès n’accouche pas très vite de nouvelles mesures, le marché des muni-bonds pourrait même devenir un sujet de préoccupation central, au point qu’outre Atlantique, certains comparent la Californie ou l’Illinois à la Grèce. Le cinquième Etat américain qui abrite la ville de Chicago, vient en effet de laisser une ardoise de 5 milliards à ses créanciers fin juin qu’il va tenter de refinancer cette semaine en lançant un nouvel emprunt.

Des écoles ferment, on licencie les fonctionnaires et parfois on sacrifie des prisons, c’est une véritable cure d’amaigrissement que sont en train de subir certains Etats, rien de bon par conséquent pour la croissance future. Et si le gestionnaire Samson Capital Advisors qui publie une étude sur le sujet, refuse de comparer la situation avec la Grèce, il relève comme en Europe des problèmes structurels au niveau local auxquels il va falloir s’attaquer très vite. Un peu partout, le renflouement des fonds de pension des fonctionnaires est inévitable et le gestionnaire pointe du doigt le salaire horaire moyen dans la fonction publique, supérieur de 38 % à celui du secteur privé.

En Europe, le problème de dettes publiques menace l’épargne des ménages au travers du système bancaire et des fonds en euros des compagnies d’assurance, mais les particuliers américains ont eux aussi aussi du soucis à se faire. Selon Etiennne Gorgeon, responsable de la gestion taux-crédit chez LCF Rothschild, outre-Atlantique, environ 15% de l’épargne monétaire des ménages est placée en muni-bonds. On devrait donc bientôt entendre parler de ce marché dont l’encours représente pas moins de 2500 milliards de dollars !

Publicités

A propos La Galette

Articles et brèves de passage sur la finance et la gouvernance.
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s