Buffett contre Bernanke

Tenté de suivre les orientations d’investissement de Warren Buffett ? Cette fois-ci, il va vous falloir une bonne dose d’audace. Alors que les Etats-Unis sont quasiment la seule nation en Occident à expérimenter un fort recul de l’indice des prix depuis six mois et que la déflation est considèrée comme une menace sérieuse, le pape de l’investissement parie sur une inflation forte, compte tenu de l’ampleur du déficit américain à financer.

Le milliardaire qui a récemment laissé une partie de son pactole sur le marché des dérivés, va fêter ses 80 ans le 30 août prochain. A la tête d’environ 32 milliards d’euros, il a décidé comme son ami Bill Gates de faire don de la moitié de sa fortune à des d’œuvres caritatives. On est donc en droit de se demander si la fantaisie n’a pas subitement remplacé son formidable sens des affaires.

L’avenir le dira, en attendant comme beaucoup d’investisseurs, Warren Buffett anticipe une hausse considérable de la demande sur les marchés de dette. Sa société Berkshire Hataway qui a raccourci l’échéance de son portefeuille obligataire pour se protéger de l’inflation, faisait remarquer fin juin que 21 % des emprunts obligataires émis par les Etats, les collectivités ou les entreprises, venaient à échéance dans l’année ( contre 16 % un an plus tôt). Le célèbre financier s’attend par conséquent, à des taux longs américains à la hausse, capables de déclencher des tensions inflationnistes.

Le pari est audacieux, non seulement parce que le taux d’inflation américain est tombé de 2,7 % il y a six mois à 1,1 % en juillet dernier, mais surtout parce que Warren Buffett signifie ainsi qu’il ne croit pas le président de la Fed, Ben Bernanke quand il affirme qu’il va veiller à contenir l’inflation.

La mesure symbolique annoncée hier par la Réserve fédérale ne sera pas il est vrai, d’une grande efficacité. La banque centrale renonce à faire marcher davantage la planche à billet pour financer le budget américain, mais elle va réinvestir les remboursement de son portefeuille de prêts hypothécaires, en dettes de l’Etat fédéral. Ce qui ne suffira pas forcément à enrayer une hausse des taux longs si celle-ci doit se déclencher.

Publicités

A propos La Galette

Articles et brèves de passage sur la finance et la gouvernance.
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s